Besançon Football - Site officiel du BF - Besançon Football

ACTUALITES





Posté le 16/03/2017

Ils restent dans le vrai



Ramener un nul (0-0) chez un cador du championnat garde un sens auquel les Bisontins prennent goût. Eux qui ont, notamment en deuxième période, contrarié Pontarlier, véhiculent de belles valeurs. A eux, avec plus d’adresse, de cueillir des fruits franchement à portée.



Il faudra voir, dans dix jours, ce que donnera la réplique donnée à Créteil. Mais le fait, après d’avoir fait plus que mettre en difficulté à domicile Noisy-le-Sec, Ivry et Sainte-Geneviève, de décrocher un nouveau nul à Pontarlier, vaut plus qu’une tendance. Certes, le BFC, nouveau roi du nul (neuf) dans ce championnat, n’avance pas énormément. Mais il se renforce de plus en plus. Comme si, construit dans la difficulté, il lui avait fallu du temps pour cimenter ses fondations.

Elles sont restées parfaitement imperméables à Pontarlier. Rodé, le dispositif cornaqué par Hervé Genet a de nouveau permis de cadenasser les débats. Cela a pu rendre le leader mal à l’aise, ce qui, dans ce contexte, n’a rien de bien étonnant. Les hommes de Courtet, eux aussi, ont été costauds. Après Gueugnon et Moissy, le CAP a sérieusement été en mesure de faire mal aux Bisontins. Il a fallu, à ces derniers, un temps d’adaptation, en première mi-temps, pour mieux appréhender le placement de J. Courtet, précieux dans la profondeur. L’attaquant pontissalien restera celui qui aura été le plus dangereux, mais aussi le moins décisif.


Leur manque la fluidité


Probable en effet que le tournant de la rencontre soit intervenu quand, lancé seul face à Buisson, le Pontissalien fut mis en échec par un gardien bisontin impeccable (20e). Alors que Gomariz fut fort bien tenu par Dabo, que Coly n’exista pas face à la doublette Golliard-Pesenti, les locaux n’étaient pas loin de forcer le verrou bisontin sur les seules phases arrêtées, dans la dernière partie du match. Mais la tête de Courtet s’envolait au-dessus de la transversale (73e). La récompense bisontine n’avait du coup rien d’illogique. Loin de là même, si l’on repense à quelques ballons en or.

Ceux-là ont bien fait dire une vérité à Hervé Genet, pas dupe sur le manque de fluidité offensive d’une équipe qui, et elle a raison, doit déjà se réconforter. Gégout, qui avait testé l’excellent Charpentier (23e), avait ainsi permis à Y. Crolet de se retrouver en position préférentielle. A l’instar de cette sérieuse occasion repoussée (55e) ou cette tête de Hakkar, pas smashée comme il aurait voulu (85e), on croit fermement qu’il y avait cette occasion de mieux faire. Besançon, qui a fini à dix après l’expulsion, aussi pénalisante personnellement qu’évitable, de S. Crolet (81e), reste quand même fondamentalement dans le vrai. Il passerait même un cap en l’étant après un virage déterminant, samedi à Troyes.


Maxime Chevrier

 


Pontarlier et le BFC 0-0
Pontarlier
. Stade Paul-Robbe. Temps frais. Terrain difficile. Environ 600 spectateurs. Arbitrage de M. Caffe, assisté de MM. Yuksel et Selloum. Mi-temps : 0-0.
Avertissements : Konki (90e+2) à Pontarlier ; Hakkar (63e), S. Crolet (72e et 80e) au BFC.
Expulsion : S. Crolet (80e) au BFC.
Pontarlier : Charpentier - Marguier (puis Bonnet, 89e), Da Rocha, Jacquet (cap), Konki - Mo. Cissé, Miranda, Vieille (puis Tournier, 78e) - Courtet, Gomariz (puis Journet, 83e), Coly
Non utilisés : Batgi et Salvi.
Ent. : Jean-Luc Courtet
BFC : Buisson - Dabo, Golliard, Pesenti, Courtot - Cuenin, M’Boa (puis S. Crolet, 51e) - Boussaïd, Visiedo (puis Hakkar, 61e), Y. Crolet - Gégout (cap)
Non utilisé : Maillot.
Ent. : Hervé Genet.
 

Photo Loïc Petitjean


Besancon Football








ESPACE PUB

Besançon Football