Besançon Football - Site officiel du BF - Besançon Football

ACTUALITES





Posté le 09/02/2019

En première classe ?



Deux mois après sa dernière sortie à domicile, le Besançon Foot retrouve Léo-Lagrange, ce samedi (18h). La venue de Louhans-Cuiseaux (2e) lancera une série de gros matches qui sentent les cimes d’un classement que les Bleus ont parfois tutoyés, en 2018, sans jamais y goûter vraiment. A voir s’il est encore possible de bien faire…



Si le championnat s’était arrêté là, ils monteraient en National 2 et tout découlerait d’une certaine logique. Les joueurs de Louhans-Cuiseaux, bien repris en mains par Frédéric Jay, l’été dernier, après une nouvelle saison d’errances, suivent un fil conducteur. Pour s’être souvent brûlé les ailes, ces dernières années, le club bressan n’a rien revendiqué mais évolue conformément à son statut, ce qui s’apparente à un retour à la normale ou en tout cas aux choses faites dans l’ordre.

Meilleure attaque du championnat (NDLR : plus de deux buts par match), une seule défaite (certes lourde, à Montceau), le tableau est suffisamment évocateur. « Avec Montceau, oui, c’est le favori » confirme Hervé Genet. Six mois après une rencontre au Parc des sports de Bram (0-0) qui, en dépit d’un manque de moyens ce soir-là (« On n’avait pas pu s’approcher de leur cage »), avait eu le mérite de poser les fondations d’une équipe, le coach doubiste n’ignore rien de la tâche qui attend ses hommes, ce samedi soir. Avec un garçon comme Larose, peut-être le meilleur joueur du championnat, Louhans-Cuiseaux sait pouvoir frapper à tout moment. « Mais il n’y a pas que lui à surveiller » coupe un technicien résolument ambitieux, malgré tout.
 

« Le but est de s’accrocher aux basques des meilleurs »



Avides de compétition, les Bisontins ont de l’orgueil à revendre. Et la venue, à Léo-Lagrange, de ce leader est l’occasion, pour eux, de prouver qu’ils n’ont pas dit leur dernier mot. « Je les sens même nerveux, à l’idée de reprendre le championnat » observe Hervé Genet, heureux de ce qu’il a vu à l’entraînement, ces derniers temps. Un bon présage ? « Si je le savais… » sourit-il, avant d’endosser l’habit de fédérateur. « Une chose est sûre, je continue à prendre du plaisir avec ce groupe. Je sens cette envie d’aller ensemble ».

D’aller où ? C’est parce qu’il ne s’est pas fixé de limite que ce groupe n’est pas, d’un autre côté, écrasé par la pression. « Au fond, on ne peut que bien faire. Et recevoir Louhans est un super challenge pour nous. Ça peut paraître prétentieux, mais il ne faut pas avoir peur de gagner ». Au fil de la discussion, une volonté naturelle se dessine, chez le coach franc-comtois. « Le but est de s’accrocher aux basques des meilleurs et Louhans en fait bien sûr partie ». Au coup d’envoi, le Besançon Foot possèdera huit points de retard. Trop, encore, pour être au contact, dans ce premier championnat des gros bras. Dans le deuxième wagon, les « Bleus » regardent autant derrière que devant eux. Mais le surclassement n’est pas que pour les autres, surtout lorsque l’on s’en donne les moyens.

Maxime Chevrier


Besancon Football


Louhans-Cuiseaux a du talent, mais le Besançon Foot, à l'instar de Yannick Cyprien, a également de l'envie à revendre. Très alléchant pour cette reprise... Photo Loïc Petitjean



Louhans-Cuiseaux a du talent, mais le Besançon Foot, à l'instar de Yannick Cyprien, a également de l'envie à revendre. Très alléchant pour cette reprise... Photo Loïc Petitjean





ESPACE PUB

Besançon Football