Besançon Football - Site officiel du BF - Besançon Football

ACTUALITES





Posté le 05/08/2019

Dans l’adversité, des révélations



Bien que notoirement diminués, les Bisontins, qui ont un peu bêtement lâché prise en l’espace de deux minutes, ont longtemps fait mal, à une équipe belfortaine à qui ils rendaient pourtant une division et qui avait logiquement besoin d’un succès (2-1). Il a permis de tirer des enseignements.



Deux matches de préparation contre des adversaires de National 2, deux revers (NDLR : le premier, 3-2 à Mulhouse), mais à chaque fois le même constat. Face à des équipes hiérarchiquement supérieures, le Besançon Foot n’a, potentiellement, pas eu grand-chose à envier dans le jeu et le combat. Il y a un côté rassurant là-dedans, même si les deux essais, restés infructueux, font également ressortir quelques traits à corriger.

Bien qu’ils aient montré à Valdoie, encore bien davantage qu’à Mulhouse, d’ailleurs, une maîtrise assez évidente, en première mi-temps surtout, les Bisontins n’étaient, contrairement à leurs hôtes, pas en configuration compétition. « Maintenant, il faudra que ça vienne. On va se rapprocher, de plus en plus, de ce que doit être l’équipe du 17 août » sonne, comme dans une forme de rappel, Hervé Genet. Avant une semaine à deux (derniers) tests préparatoires, la valse des changements, qui a autant permis de mobiliser et de voir tout le monde que de rendre les prestations sinusoïdales, est probablement terminée et c’est sans doute mieux ainsi.
 

Besançon avait logiquement mené


Il n’est pas interdit de penser que Besançon, qui plus est dans une configuration bien plus au complet, serait parvenu à tenir le succès qu’il s’était assez logiquement dessiné, contre un Belfort privé de quelques défenseurs (NDLR : Cuenin, Konki…). Cette récompense, après un premier acte de belle facture, était tombée sur une bien jolie réalisation de Drais. Dans une position un peu plus avancée, juste derrière un Mendes lui aussi en train de singulièrement monter en régime, le Francilien, gratifiait son bon match d’une réalisation tout en toucher, à l’entrée de la surface (0-1, 55e).

« Je vais surtout retenir cette première partie de match. Autant dans la conservation que dans le pressing que nous avons mis en place, cela a bien fonctionné ». Dans son vocabulaire, Hervé Genet parle de « certitudes ». Certaines sont évidemment très positives, comme la constance d’un Diaby. D’autres, après un mois de préparation où des places étaient inévitablement à prendre, le sont dans l’autre sens, à cette heure. A ce sujet, comme à Mulhouse, contre Roche-Novillars et Jura Dolois, le Besançon Foot a littéralement « donné » des buts. Deux en deux minutes, même ; Nowa (1-1, 70e) et Mukendi (2-1, 72e) profitant de largesses que les images n’ont fait que confirmer. Cette intransigeance de tous les instants, celle qui a fait la force de l’équipe de la saison dernière, manque encore. En prendre conscience aujourd’hui apparaît nécessaire.

M.C.


Besancon Football


Dans l'adversité, Besançon a parfois cédé, mais a aussi, à d'autres reprises, montré mieux que de la résistance. Photo M.C.



Dans l'adversité, Besançon a parfois cédé, mais a aussi, à d'autres reprises, montré mieux que de la résistance. Photo M.C.





ESPACE PUB

Besançon Football




© 2017 / Besançon Football - Tous droits réservés