Besançon Football - Site officiel du BF - Besançon Football

ACTUALITES





Posté le 09/11/2019

Il suffirait d’un signe ?



Les deux derniers revers en championnat, contre les deux premiers, ont dilapidé l’avance que le Besançon Foot avait capitalisée sur ses poursuivants. La réception, ce samedi (18h), de Pontarlier, revenu à hauteur sur la troisième marche du podium, s’assimile à un rattrapage.



Un mois sans succès et bien des certitudes qui vacillent. En championnat, le Besançon Foot avait vécu ça, presque à la même époque. C’était entre novembre et décembre, à cheval sur l’aventure Coupe de France et il avait fallu aux Bisontins une bonne trêve et un net succès (à La Charité), pour repartir de l’avant.

Ce signe, cet apaisement, l’équipe de Hervé Genet l’attend donc plus tôt, cette saison. Avant tout pour remettre la machine en route et enrayer une dynamique négative. « Les trois matches que nous venons d’effectuer étaient des tests, dans mon esprit. Le fait que nous n’ayons pas rempli les objectifs doit nous inciter à mettre la barre moins haute » estime le coach bisontin, désireux de procéder par étapes. L’urgence du moment ? « Etre beaucoup plus performants dans les deux zones de vérité ». C’est peu d’écrire que la marge de progression des partenaires de Victor Pillot est grande, sur ce point.
 

« Rapidement se mettre à l’abri »


Cette rigueur nécessaire n’est pas incompatible avec l’idée de jeu. L’enchaînement Gueugnon-Auxerre a bien montré que tout n’était pas à jeter, loin de là, que cette équipe bisontine savait et était capable de faire mal. Encore faudra-t-il que ce soit plus significatif et sans doute plus froid. « Il est impératif aussi de dédramatiser la situation. Individuellement, tout le monde se met trop de pression. Ça a été néfaste » pousse Hervé Genet, sondé sur la question des entames de match souvent à l’envers.

« Pas faute de le dire et peut-être qu’à force de le dire, justement, c’est devenu un syndrome car, au-delà des buts que nous avons rapidement encaissés (NDLR : contre Dijon, Gueugnon et Auxerre, soit les trois revers), nous avons été pénalisés avec des expulsions (NDLR : Morteau-Montlebon et… Pontarlier en Coupe de France) qui nous ont servi de leçon ». Pour le technicien doubiste, pas de doute, et ce malgré la nouvelle complexité de l’affiche proposée à ses ouailles : « Il devient important, sans faire le Guy Roux, de se mettre rapidement à l’abri au niveau des points ». C’est une autre philosophie. Pour une donne comptable ?

Maxime Chevrier


Besancon Football


Yannis Drais et les Bisontins vont devoir se faire violence, eux qui ont été freinés dans leur élan, ce dernier mois. Photo Loïc Petitjean



Yannis Drais et les Bisontins vont devoir se faire violence, eux qui ont été freinés dans leur élan, ce dernier mois. Photo Loïc Petitjean





ESPACE PUB

Besançon Football




© 2017 / Besançon Football - Tous droits réservés