Besançon Football - Site officiel du BF - Besançon Football

A LA UNE





Un champion peut-il en cacher un autre ?

Posté le 11/05/2019


Meilleure équipe - et de loin - du championnat, la réserve professionnelle de Dijon est annoncée, ce samedi (18h) à Léo-Lagrange, pour un véritable choc. En 2019, elle est la seule équipe à avoir fait mieux que le Besançon Foot. Mais ça pourrait changer en cas de succès bisontin. Il annoncerait une folle fin de saison.



Il y a des odeurs de gros matches. On les a ressenties dès ce vendredi soir. Sous le crachin, et sur une pelouse pour une fois magnifique, avant son changement estival, les partenaires de Lucas Cuenin ont paru comme absorbés. Eux qui étaient, encore quelques minutes plus tôt, comme à leur habitude enjoués et délestés de toute pression, ont soudain bu les paroles de leur coach, guide spirituel s’il en est, dans ces moments-là. Soudé comme rarement, ce groupe s’est promis de ne penser qu’à lui-même, en restant sourd aux agitations de cette fin de semaine.

Une juste idée, car c’est cette attitude qui l’a porté, cette saison. A tel point que s’il venait à enchaîner un nouveau succès, le Besançon Foot doublerait, sur l’année civile, une équipe de Dijon qui a pourtant tout écrasé, ou presque, sur son passage. « C’est de loin la meilleure équipe, il n’y a rien à dire. Il faut admettre quand l’adversaire est plus fort ». Hervé Genet a encore en tête un match aller que son équipe, lessivé après le périple à la Réunion, avait traversé en fantômes. « On avait pris un 3-0 sec et sans histoire. L’idée est aussi de voir si on a progressé, depuis ».
 

« On s’est donné le droit de disputer ce gros match »


Clairement, ce souvenir peut faire office de levier, pour ce groupe suffisamment orgueilleux et insoumis. « Bien sûr que j’ai envie que l’on montre que la vraie équipe que nous sommes n’était pas celle, fatiguée, du match aller ». D’énergie, les Bisontins devront en avoir. A en revendre même, face à des jeunes Bourguignons qui avaient exercé un pressing éreintant, lors de la première demi-heure. « A nous de savoir mettre beaucoup d’intensité, car on sait qu’il y en aura en face ». Le discours paraît parfaitement en adéquation avec le défi proposé. Bonne nouvelle : il ne semble toujours pas crisper une équipe pas prête à abdiquer. « Par nos résultats, on s’est tous pris au jeu. Et on s’est donné le droit de disputer ce gros match… ».

Pour Hervé Genet, rien n’a cela dit changé. Le rendez-vous s’abordera toujours avec l’étiquette du challenger. Cet outsider qui, par sa dynamique, s’est mis à progressivement ronger certaines idées de suprématie. Alors que Dijon (2) ne peut monter en National 2, cette suprématie sportive sera légitimement toujours incarnée, au coup d’envoi à 18h, par Louhans-Cuiseaux. « Et c’est très bien ainsi, car le challenge n’en est que plus beau pour nous » conclut le coach bisontin. Oui, vraiment, il y aura match (affiche même !) à Léo. Ça faisait un moment. Et ce n’est peut-être pas fini…

Maxime Chevrier



Homme en forme du championnat, Madjid Mebrak est à l'image de cette équipe du Besançon Foot : il veut aller un peu plus loin encore, dans la performance. Cela tombe bien, voilà l'incontestable leader qui arrive... Photo Loïc Petitjean



Homme en forme du championnat, Madjid Mebrak est à l'image de cette équipe du Besançon Foot : il veut aller un peu plus loin encore, dans la performance. Cela tombe bien, voilà l'incontestable leader qui arrive... Photo Loïc Petitjean

ACTUS





ESPACE PUB

Besançon Football




© 2017 / Besançon Football - Tous droits réservés