Besançon Football - Site officiel du BF - Besançon Football

A LA UNE





Ils peuvent toujours espérer

Posté le 02/11/2019


Le Besançon Foot, qui s’était habitué aux semaines fastes depuis plus d’un an, vit une période plus compliquée, avant de se rendre à Auxerre (2), le dauphin du classement, qu’il a néanmoins l’occasion de venir… talonner. Une situation qui doit pouvoir révéler sa réelle identité.



Les moins atteints sont toujours ceux qui se plaignent le plus. Le Besançon Foot vient de perdre deux rencontres, consécutivement, ce qui ne lui était plus arrivé depuis décembre 2018. L’enchaînement, Coupe de France (Tours) et leader du championnat (Dijon), l’avait alors placé face à certaines limites. Se dire qu’elles furent ponctuelles, vu ce qui se passa ensuite, est peut-être de bon aloi, alors que l’histoire vient de bégayer, dix mois plus tard.

Au vu de ce passé pas si lointain, les partenaires de Victor Pillot ont aujourd’hui une chance vitale : ils peuvent encore espérer. Car quoi ? Ils ont perdu face à Gueugnon, le leader, vraiment contre le cours du jeu. Oui, ils ont aussi été éliminés à Jura Sud, un adversaire hiérarchiquement supérieur, chez qui il aurait simplement fallu un peu plus de réussite, un peu plus d’audace et le geste final plus sûr. Certes dans le dur, le Besançon Foot, ses quatre années de cinquième niveau national dans les pattes et son budget modeste, n’est pas non plus relégable. Troisième, il peut, en cas de grosse perf dans l’Yonne, revenir à un point de son concurrent direct, dans ce qui s’assimile à un nouveau gros choc.
 

De saines valeurs à retrouver


Pour le passer, pour atteindre une moyenne comptable qui deviendrait très significative, à une encablure du tiers de la compétition, les Bisontins ont des enseignements à tirer, d’une série liée sans surprise à certaines absences individuelles justement pointées du doigt. Face aux jeunes pros auxerrois, Besançon va donc devoir être exemplaire, combattant. Un esprit commando auquel croit fermement Hervé Genet, que l’on ne démobilise pas comme ça, lui. « Par quoi cela passe ? Par la reprise des valeurs que cette équipe avait en début de saison. Chacun doit se remettre au travail et se partager les tâches défensives ».  

Cette rigueur, face à l’un des deux favoris du groupe, apparait essentielle, « car l’on sait qu’on joue bien, qu’on jouera bien même ». On a vu, contre Gueugnon surtout, que cela n’avait pas suffi. « Il n’y a qu’à voir les choses froidement. On se met deux csc, on prend un coup de pied arrêté et un contre. Il faut moins de naïveté, beaucoup moins de naïveté… » reprend le coach bisontin.

Ce dernier cible également l’évident souci de finition, autant pas nouveau qu’irritant. « Il est temps de se convaincre que la situation idéale, elle arrive rarement. A nous de prendre beaucoup plus de risques offensifs. Pour marquer un but, la meilleure façon est encore de frapper en direction du but » dit-il, d’une Lapalissade. Dans un autre style, tout aussi évident, ce groupe bisontin pourrait méditer la citation d’Henry Ford. L’opiniâtre fondateur du constructeur automobile disait ceci : « Lorsque tout semble aller contre vous, rappelez-vous que les avions décollent toujours contre le vent ». Allez, bon vent les Bleus.

Maxime Chevrier



A l'image d'Arthur Dirand, de retour d'une expulsion dommageable, les Bisontins ont très certainement une rage à eux à très proprement savoir utiliser. Photo Loïc Petitjean



A l'image d'Arthur Dirand, de retour d'une expulsion dommageable, les Bisontins ont très certainement une rage à eux à très proprement savoir utiliser. Photo Loïc Petitjean

ACTUS





ESPACE PUB

Besançon Football




© 2017 / Besançon Football - Tous droits réservés