Besançon Football - Site officiel du BF - Besançon Football

ACTUALITES





Posté le 12/02/2017

Il y a du cran dans cette équipe



La récompense comptable, minimale au vu de la production, est ce qu’elle est. Mais pour avoir trop connu, lors de la phase aller, la froide colère de défaites cruelles, le BFC saura justement apprécier le nul (1-1) arraché contre une équipe d’Ivry qui n’était pas la première venue.



Vivement les beaux jours pour que le public bisontin, plus nombreux, prenne autant de plaisir à suivre les aventures de ce groupe. Il est attachant. Parce que ses qualités intrinsèques lui permettent tout d’abord de proposer du jeu, malgré une dernière place vraiment pas conforme aux contenus affichés. Ensuite en raison de son état d’esprit. Samedi soir, l’égalisation rageuse d’un Cuenin parti, à ce rythme, pour finir meilleur buteur bisontin, disait beaucoup.

Joie collective dans les bras du coach, retour dans les cinq dernières minutes : la plus belle illustration d’un groupe sain s’était dessinée. « Je crois qu’on fait nettement plus peur qu’avant » avance, à juste titre, Karamady Dabo. Avoir su faire craindre cette équipe d’Ivry (cinq fédéraux au coup d’envoi) n’était pourtant pas une mince affaire. Sochaux et ses pros l’ont vu, la semaine passée. Mais hormis une grosse alerte en fin de première mi-temps, sur un face-à-face perdu par Malcuit (38e), Ivry, comme Noisy avant la trêve, a longtemps peiné à mettre son hôte sur le grill. Penser que les « Bleus » sont bien plus solides désormais n’est pas une vue de l’esprit.


La dynamique est entretenue


Cela n’empêche que le cauchemar avait failli reprendre. On aurait alors entendu les poncifs. Un BFC séduisant, qu’on n’imagine pas dernier, mais qui perd quand même. Car après un sauvetage déterminant de Dabo, Ivry avait su profiter d’un temps fort et d’un relâchement. Buisson, encore au sol après avoir repoussé la première frappe cadrée visiteuse, s’inclinait, à bout portant, face à Villeneuve. Terrible à ce moment-là (0-1, 76e). Mais Besançon ne pouvait, une nouvelle fois, s’en prendre qu’à lui-même. Pour décoller au classement, il devra donc bien davantage rentabiliser ses actions. Sur chacune des deux premières parties de mi-temps, la liste des occasions franches image les possibilités qui s’offrent à cette équipe.

La bonne nouvelle, dans cette importante semaine à trois matches, est qu’elle progresse et entretient une dynamique positive. Retrouver Boussaïd en passeur décisif est symbolique, aussi, de l’activité débordante du garçon à qui n’aura manqué que la finition. Elle finira forcément par venir, car cette équipe, encore si bien cornaquée par les 2G (Gégout-Golliard), est bien décidée à montrer ce qu’elle vaut vraiment.


Maxime Chevrier


 


Le Besançon FC et Ivry 1-1.
Besançon. Stade Léo-Lagrange. Temps pluvieux. Pelouse difficile. Environ 150 spectateurs. Arbitrage de M. Leleu assisté de MM. Perrin et Giancatarina. Mi-temps : 0-0.
Buts : Cuenin (86e) pour le Besançon FC ; Villeneuve (75e) pour Ivry.
Avertissements : Cuenin (79e) au Besançon FC ; Malcuit (60e) à Ivry.

BFC : Buisson - Dabo, Golliard, Pesenti, Courtot - Hakkar (puis Cheikh, 79e) - Boussaïd, Cuenin (puis Visiedo, 85e), M’Boa, Y. Crolet (puis N. Louhkiar, 66e) - Gégout (cap)
Non utilisés : Nandjui et Maillot
Ivry : Gassama - Tshimanga (puis Dorol Cabit, 90e), Pakombe, Merel, Marzoughi (cap) - Cazenave (puis Lippmann, 62e), Darmon - Pancrate, Louvet (puis Diyazaya, 76e), Villeneuve - Malcuit
Non utilisés : Ekofo et Mansour.
 
 
Derrière un Lucas Cuenin fou de joie après son égalisation, les Bisontins viennent communier vers leur coach après un match qu'ils auraient même mérité de remporter. Photo Loïc Petitjean


Besancon Football








ESPACE PUB

Besançon Football




© 2017 / Besançon Football - Tous droits réservés